Accueil >CULTURE

CULTURE

30 novembre 2017, par Webmaster

La dame de Miremont 2



Après le premier épisode de la Dame de Miremont, nous retrouvons nos jeunes protagonistes pour de nouvelles aventures. Notre équipe écoute le message sur le mystérieux numéro de téléphone qui leur a été remis. Le message codé qu’ils découvrent va les transporter dans un tourbillon d’évènements et d’intrigues.

La dame de Miremont 2

Après le premier épisode de la Dame de Miremont, nous retrouvons nos jeunes protagonistes pour de nouvelles aventures.
Notre équipe écoute le message sur le mystérieux numéro de téléphone qui leur a été remis. Le message codé qu’ils découvrent va les transporter dans un tourbillon d’évènements et d’intrigues.

Réalisation
Ulysse Crumeyrol

Avec
Léa MADRE
Tristan COUBETERGUE
Alex JURBERT
Clifford LANE
Jules MARY
Romain CARDANTE
Vincent POYET

Durée : 29 minutes
 


 

LE DEROULEMENT DU TOURNAGE

Nous débutons notre première journée à la médiathèque dès 9h00. Ulysse présente le programme de l’atelier et enchaîne sur une petite leçon de cinéma. Il rappelle les bases de la lecture d’images, le cadrage des plans, la lumière et l’importance du montage. A la suite de ce petit rappel des principes fondamentaux cinématographique, nous organisons le tournage. les rôles sont répartis entre les participants et chaque groupe aborde les dialogues. Afin d’optimiser les déplacements, nous débutons le tournage des scènes qui se déroulent à l’espace multimédia. La matinée s’achève.

 

Après la pose méridienne, nous filons au monastère Saint Pierre de Mauriac. Nous passons toute l’après-midi « au frais » pour tourner plusieurs scènes. Nous avons apporter tout notre matériel d’éclairage afin d’exploiter au mieux la beauté du lieu. La journée se termine et nous retournons à la médiathèque pour mettre en place la journée de demain. Elle se déroulera au château d’Auzers.

 

Le lendemain matin toute l’équipe se retrouve devant la médiathèque pour prendre le minibus en direction d’Auzers. Après avoir chargé le matériel, nous prenons la route qui nous conduit au bout de 30 minutes aux portes du château. Jocelyne, la guide du château nous attend avec gâteaux et chocolat. Après ce chaleureux accueil, nous partons repérer les lieux et commençons à installer le matériel. Nous tournons plusieurs scènes dans la matinée puis vers 12h30, nous nous installons dans la grande salle du château pour déjeuner. Jocelyne a tout prévu. Un grand feu brûle dans la cheminé et la table est déjà dressée. Nous mangeons dans cette ambiance magique qui semble presque irréelle. Nous profitons également de cette petite pose pour planifier notre après-midi.

 

jusqu’en milieu d’après-midi, nous continuons le tournage au château. Nous faisons les derniers plans en extérieur avec un drone équipé d’une caméra. Il s’agit d’un travelling vertical qui nous fait découvrir progressivement le château. Le drone ayant une très faible autonomie, nous ne ferons que 2 prises.
Nous rassemblons ensuite le matériel pour partir à la belle église d’Auzers pour tourner de nouvelles scènes. Nous devons faire un gros travail d’éclairage et de mise en scène pour les plans d’actions que nous allons tourner. Tout fonctionne à merveille grâce à la complicité de tous les participants. Une nouvelle fois nous terminons « au cordeau » à 17h00. Nous rejoignons le château pour reprendre la navette qui nous conduit à Mauriac. Grâce à notre hôte Jocelyne, cette journée aura été un beau moment dans notre projet.

 

Pour notre troisième journée de tournage, nous poursuivons notre déambulation à travers les lieux historiques de Mauriac. Nous commençons par les anciennes prisons où nous resterons toute la matinée. Le lieu est parfaitement adapté au scénario. Les personnages sont enfermés dans un sombre cachot ou un mystérieux individu va venir les libérer.
Enfin en début d’après-midi, nous investissons l’ancien tribunal de Mauriac. Ce sera notre dernier lieu de tournage. L’ambiance est totalement différente et nous profitons d’une belle lumière naturelle. Les prises s’enchaînent et vers 16h00, nous terminons le tournage.

 

Une nouvelle fois, nous avons tous pris beaucoup de plaisir dans la réalisation de ce second épisode de la dame de Miremont. Ce type d’expérience nécessite un engagement important de tous les participants et un fort investissement. Le nombre limité de participants contribue à favoriser les bonnes relations dans le groupe et l’esprit d’équipe. Ce tournage est également un temps fort de rencontre. D’abord une rencontre avec un jeune réalisateur passionné depuis toujours par l’image et la vidéo. Passion qu’il sait partager en toute simplicité avec les jeunes. Une rencontre avec le monde du cinéma, ses métiers, ses contraintes et ses exigences. Enfin une rencontre avec des personnes comme Jocelyne, guide passionné du château d’AUZERS ou Cathy CHAMBON de l’office de tourisme du Pays de Mauriac qui nous ont permis de faire découvrir aux jeunes participants des lieux emblématiques de notre territoire.

 

Le montage final, tout comme l’écriture du scénario, sera réalisé par Ulysse Crumeyrolle. C’est en même temps un parti pris et une nécessité. Il nous semble important de laisser au réalisateur l’écriture du film pour assurer la cohérence globale de notre projet. D’autre part, le montage est une opération complexe dans un atelier collectif. Un montage collectif est possible mais difficilement applicable lorsque l’objectif est la réalisation d’une vidéo sur 2 ou 3 jours. Nous avons donc choisi volontairement de retirer le montage dans nos propositions en direction des jeunes.

 

Pour conclure, nous pouvons dire que cet atelier relève de l’aventure. Bien qu’il soit préparé et structuré, la part de hasard et d’imprévus est importante et nécessite pour les participants une adaptation et un engagement permanent. Cette expérience nous place dans un contexte propice à la découverte des autres et de soi-même.

 

Ce projet a été réalisé dans le cadre du PECL 2016-2017 de la Communauté de communes du pays de Mauriac avec le soutien de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes et la collaboration de la Communauté de communes Sumène Artense.

 

 

Portfolio

Article précédent : La kpop
Article suivant : Rencontre avec le tigre blanc