Accueil >REPORTAGE

REPORTAGE

17 août 2016, par Webmaster

Action reportage Canyoning



Quoi de plus passionnant que la découverte d’une rivière de montagne à la fin du printemps. 8 jeunes reporters se sont lancés dans l’aventure avec Vincent Terrisse, guide de haute montagne.

Action reportage Canyoning

Quoi de plus passionnant que la découverte d’une rivière de montagne à la fin du printemps. 8 jeunes reporters se sont lancés dans l’aventure avec Vincent Terrisse, guide de haute montagne.

8 jeunes cyberjournalistes ont découvert les joies du canyoning au printemps avecVincent Terrisse, guide de haute montagne.


C’est par une belle après-midi du mois de juin que le groupe part à la découverte d’une activité de pleine nature en plein essor dans le Cantal : Le canyoning. Le Cantal regorge de magnifiques petites rivières, offrant une vision inédite de la nature et des paysages magnifiques. Si la descente de ces rivières demande un peu de technique et de condition physique, cette activité reste abordable pour la plupart des gens et d’autant plus lorsqu’elle est encadrée par un guide de canyoning agréé.

L’activité consiste à descendre une rivière en suivant le relief du cours d’eau. Pendant la descente, les participants marchent dans l’eau, nagent, descendent certaines parties en rappel et sautent dans des vasques. Les difficultés peuvent varier en fonction de la rivière, de la saison, du relief, du dénivelé ou de la durée de la randonnée.

Afin de pouvoir cheminer ainsi dans la rivière, il est nécessaire d’être équipé d’un minimum de matériel. Tout d’abord, pour barboter dans de l’eau à 12 degrés , il faut posséder une bonne combinaison néoprène pour se protéger du froid. Un des premiers risques en canyoning est l’hypothermie. La combinaison préserve ainsi la température du corps. Cette combinaison est composée de 2 parties et peut être complétée par des chaussettes en néoprène. Ensuite il faut un casque pour protéger la tête en cas de chute car les rochers sont nombreux. Enfin le randonneur aquatique doit posséder un baudrier pour les rappels.

Comme d’habitude, nous partons en début d’après-midi de la médiathèque de Mauriac pour rejoindre la vallée de l’Aspre. Nous arrivons sur les lieux quarante minutes plus tard ou nous attend Vincent Terrisse, guide de haute montagne, qui va nous accompagner pour la sortie. Le matériel est déjà prêt et Vincent fait la distribution des combinaisons. Tout le monde met son équipement : combinaison, chausson néoprène, casque, baudrier et jupe de protection.

Avant de se lancer dans l’aventure, Vincent donne un cours express de descente en rappel et redonne les consignes de sécurité. Le printemps a été très pluvieux cette année dans la région et l’Aspre s’est transformé en véritable torrent. La prudence s’impose. A tour de rôle, les jeunes s’exercent au rappel, apprennent à attacher et détacher leur longe de sécurité.

Pour réaliser le documentaire, nous disposons de 2 gopros et d’une caméra numérique. Vincent a préparé des sac étanches pour descendre la caméra dans le canyon. L’utilisation de la caméra dans le canyon est fastidieuse car pour chaque prise, nous devons la déballer puis la remballer afin de la protéger.

Après cette préparation, nous partons au départ du canyon. Le groupe traverse des près pour descendre dans la gorge. Après une quelques minutes d’approche, c’est le départ du canyon. Nous allons descendre pendant 2 heures l’Aspre, gonflé par les opulentes pluies printanières. Nous parlons fort pour nous faire comprendre car le bruit est assourdissant. Nous enchaînons la marche, les descentes en rappel, les toboggans, les sauts et la nage. La gorge et magnifique et par moment on pourrait se croire dans une cathédrale de verdure. Avec l’équipement personne n’a froid dans cette eau à 12 degrés. De plus la température extérieure qui avoisine les 20 degrés nous réchauffe rapidement. Le temps file vite et nous voici déjà arrivé au bout de la descente. Nous remontons par une pente extrêmement abrupte, équipée par Vincent pour assurer les conditions de sécurité. Après 15 minutes de marche, nous retrouvons le car qui nous attend.

Ce reportage a été réalisé avec le soutien de :
DRAC Auvergne
Pays Haut Cantal Dordogne
Conseil Régional Auvergne
Communauté de communes Sumene Artense
Communauté de communes du Pays de Mauriac
 

Article précédent : Animathlon 2016
Article suivant : 2 jours en montagne